STRANGERS - Survival - Front

The Fish Factory Company - Hard Rock/AOR - Espagne - 23 Octobre 2015 - 10 titres – 45 minutes 

Si en matière de Hard FM/AOR, les Etats Unis se sont taillé la part du lion depuis les 80's, il serait franchement injuste de négliger la part fournie par un petit pays Européen qui lui aussi à contribué à l'essor de cette musique hautement mélodique. On se souvient évidemment d'ATLAS, de SANGRE AZUL, d'AVALON, des HEROES DEL SILENCIO ou de BAJON ROJO dans un registre plus Heavy, ou même des GOLDEN FARM et 91 SUITE pour rester plus contemporain. Certains avaient opté pour le choix d'une langue natale, chantante et sexy, d'autres avaient au contraire préféré l'anglais, plus adapté aux contours ronds, et surtout, plus universel. C'est le cas de nos invités du jour, les Madrilènes de STRANGERS, et de leur second album, Survival. 

Bien que leur nom évoque légèrement FOREIGNER, leur musique est bien plus proche des standards AOR/FM US des mid 80's, bien qu'ils aiment citer comme modèles des références absolues comme HAREM SCAREM, THIN LIZZY, WHITESNAKE ou bien EUROPE. Je les verrai volontiers plus proches de JOURNEY bien sur, du Richard MARX de Repeat Offender, TORONTO et autres HEART des late eighties, avec une grosse touche du FM de BON JOVI et de l'approche big rock radiophonique de PRIVATE LIFE, le chant féminin en moins. Quoique les intonations d'Óscar O'brien partent parfois dans un registre soft.... 

Quoiqu'il en soit, et puisque les comparaisons ne font pas raison, leur musique se range aisément dans les meilleures productions du genre, laisse les guitares s'exprimer, sans pour autant verser dans le Hard Rock pur et dur, comme en témoigne le sax velouté de "Stand By", un modèle du genre. 

Mais l'énergie n'est pas pour autant sacrifiée sur l'autel de l'accessibilité, et "Burning Within" témoigne d'un allant très DARE, couplé à des riffs tranchants et nets. On retrouve l'ambiance qui baignait les diffusions radio des FM US d'il y a trente ans, mais ce morceau n'est qu'un exemple parmi tant d'autres...Prenez l'ouverture "Never Stop", qui plaque une grosse mélodie de guitare sur un clavier discret, c'est en quelque sorte l'archétype parfait d'un AOR de qualité, qui renoue avec ses racines passées pour les tourner vers l'avenir. L'arrivée au chant d'Oscar en remplacement de Belen est une assez bonne opération depuis le premier album (la démo était encore interprétée par Ballesteros), le timbre de ce premier se rapprochant des grands organes (sans jeu de mot please) du style, aigu sans être criard, et gorgé d'un feeling soft and smooth. 

Il est assez difficile de faire du track by track dans le cas de STRANGERS, car même après écoute minutieuse, pas un seul morceau ne semble plus faible que les autres. On peut s'avouer une préférence pour les plus agressifs ou au contraire les plus abordables, mais tous sont interprétés avec la même passion, et justement la stimulent admirablement. Si les ballades sont votre quart d'heure américain favori, "Forever", bien moins sirupeux et emprunté que son homonyme de chez KISS fera parfaitement l'affaire, si le middle of the road mid tempo vous sied juste au corps, "Dreamer" vous ira comme un gant. Si par contre, vous cherchez à secouer votre tignasse dans tous les sens, le Heavy sautillant et délicatement mordant de "Angel" remplira sa part du contrat, avec toujours en exergue ces superbes mélodies taillées dans le satin, ces choeurs à l'unisson qui résonnent et ces harmonies qui rappellent le KING KOBRA le plus soft et même le BRIGHTON ROCK le plus dru. 

Quelques fantaisies au niveau des arrangements pimentent le tout, comme ces passages à la double grosse caisse assez inhabituels (soulignons d'ailleurs le jeu d'Abel Ramos, très punchy et créatif), et ces soli soignés et toujours à la pointe de la mélodie. Nous avons même droit à un titre beaucoup plus Heavy que la moyenne, "Heroes", qui sonne comme un mix fabuleux entre WINGER et DANGER DANGER, et une escapade virevoltant sur une rythmique véloce, "Beyond Your Eyes", qui sait ralentir la cadence pour imposer un refrain taillé pour les ondes. Un peu VAN HALEN vs HAREM SCAREM ("Changes Comes Around" par exemple), c'est aussi une très bonne surprise, mais à vrai dire, l'album ne contient pratiquement que ça. 

Spain : 12 points. 

Si les STRANGERS étaient en compétition dans le célèbre concours plus si Européen que ça, gageons que nous entendrions souvent ce jugement amplement mérité.

Les Madrilènes manient en effet la mélodie et la puissance avec aisance, et signent un des meilleurs album de Hard Rock/AOR/Heavy light de cette fin d'année, largement digne des meilleures productions de l'époque. Avec un son d'abord poli, puis astiqué dans les moindres recoins mais qui sait garder la fraîcheur et la spontanéité d'une musique de qualité, Survival est un formidable témoignage de la vitalité de la scène Espagnole, et n'a pas fini de tourner dans votre lecteur. 

Et s'il ne devait en rester qu'une poignée, gageons que ces étrangers feraient partie des survivants.