a3456920367_10

Modern Death - Turquie - 14 Octobre 2015 - 4 titres – 15 minutes

En ce moment, la situation diplomatique de la Turquie n'est pas vraiment au beau fixe. Les relations avec la Russie et la Syrie sont plus que tendues, et Ankara ne peut même pas compter sur un soutien de l'OTAN qui lui tourne le dos dans ce jeu d'alliances fourbe. En l'état, la situation pourrait bien dégénérer, tant le soutien apporté à l'armée Syrienne par la Russie est forte. Dès lors, quelle place reste il a l'art pour tenter de désamorcer une situation politique critique?

Une place nette, certes à l'escape ténu, mais au contexte clair et définitif. C'est en tout cas la leçon que semble vouloir nous inculquer ce jeune quintette lui aussi originaire d'Ankara, et qui s'y est formé en 2014. 

Nous retrouvons aux commandes de CARNAC Burak Yenitepe (chant), Nurhacı Çeri et Ozan Turakine (guitares), Ünal Akünal (basse), et Baybora Topaloğlu (batterie), qui depuis un peu moins de deux ans peaufinent dans l'ombre leur répertoire, pour finalement nous proposer ce premier EP en tout point professionnel et créatif. Evoluant dans un créneau Techno Death très moderne, le quintette a savamment trié ses influences pour n'en retenir que l'essence essentielle à la composition de morceaux puissants et techniques. On pense bien sur à MORBID ANGEL, NILE, et toute la vague de Death privilégiant la finesse à la boucherie, et sur les quatre titres présents sur ce premier EP, tout est de premier choix et d'une finesse le disputant à la brutalité.

 

Certes, le mélange est connu, et l'originalité n'est pas vraiment au rendez vous. Mais pour une carte de visite, CARNAC s'est très bien débrouillé dans l'agencement de plans toujours plus poussés, et si l'instrumental est d'une précision chirurgicale, la puissance n'a pas pour autant été occultée, loin de là. D'ailleurs, le chant de Burak permet de cimenter l'ensemble des segments, et apporte une cohésion de bon ton de ses intonations graves et profondes. De temps à autres, le groupe ne rechigne pas à laisser un peu d'espace à quelques interventions plus aplanies, comme le démontre l'utilisation d'un mid tempo accrocheur au centre du diabolique "Debaser", qui je vous assure n'a rien en commun avec son homonyme des PIXIES. 

Chaque morceau propose son lot d'idées, certaines plus pertinentes que d'autres, quelques unes assez aventureuses dans leur désir de briser la mélodie sur la violence de ton, et on se prend même parfois à déambuler dans les labyrinthes autrefois dessinés par Chuck Schuldiner sur des albums comme Individual Thought Patterns. Certes, le niveau est moindre, mais l'envie est là, bien palpable. Le son des guitares est très affûté, bien équilibré dans les médiums, et la section rythmique s'en donne à coeur joie dans les breaks et autres constructions équilibristes, sans pour autant manquer d'impact. Certes, la basse est souvent symbolique, incrustée dans une gravité de fond, mais on sent qu'avec une production plus adaptée, elle pourra donner toute l'ampleur de ses arabesques sans être étouffée au mixage.

 

Si la multiplication des plans se fait à la vitesse de celle des pains, les titres savent rester concentrés sur leur thème de départ proposant des digressions logiques et pertinentes. Pas de bavardage excessif, on ne dépasse jamais les cinq minutes, ce qui confère à cette première intervention une efficacité optimale. Si le morceau le plus direct est placé en ouverture, "Hericide" ne manque néanmoins pas de culot, et s'autorise même quelques incursions en territoire Néo Thrash, un peu AT THE GATES sur les bords et MORBID ANGEL au milieu. 

Mais tout ceci est très carré, et interprété par des musiciens surs de leur fait. Pour un premier EP, le résultat est très pro et carré, et déborde d'une hargne inhérente à toute formation de Death technique et moderne se faisant les dents sur un premier EP. Pas révolutionnaire certes, mais méchamment anguleux, et savamment furieux, sans pour autant lâcher la mélodie de vue. D'ailleurs, cette même vue est décrite par le groupe comme étant frêle, selon l'intitulé de l'oeuvre. Peut être font ils allusion à cette paix précaire qui menace leur pays...Mais si l'intervention militaire Turque cale son efficacité et sa précision sur The Frail Sight, les dégâts risquent d'être considérables. 

Mais peut être est ce la seule solution envisageable.... 

Nonobstant ce parallèle géopolitique, The Frail Sight reste en l'état un bon résumé des capacités d'un groupe que l'on attend de juger sur un longue durée.

Si tant est que l'occasion leur en soit donnée....