a1531604890_10

Krod Records - Screamo - Allemagne - 29 Mars 2016 - 4 titres – 13 minutes

Ce matin sur le newsfeed de mon réseau social préféré, je notais les appels du pied répétés de certaines de mes contacts féminins, demandant ardemment un regain de sens commun pour que nous exigions tous la fermeture d’un groupe particulièrement néfaste. Habitué à ce genre de démarches auxquelles je ne prête généralement pas attention, j’ai pourtant fait l’effort d’aller jeter un coup d’œil sur la page en question, dont le leitmotiv de couverture, une fois traduit donnait quelque chose comme « Restez calmes et retournez dans la cuisine ». La page en question se voulait une réaction sainement machiste et ironique aux actions diverses et de plus en plus notables des féministes, qui visiblement, faisaient dresser le poil de ces messieurs par leurs revendications somme toute assez légitimes.

Être les égales des hommes ?

Il était évident que certains machistes/phallocrates/misogynes n’allaient pas se laisser faire sans réagir… 

Mais il m’est d’avis que si Gerox (chant), Giulia (chant) et Jana (basse) étaient tombées sur cette page sans le vouloir, elles ne se seraient certainement pas contentées de signaler l’outrage. Non, elles se seraient déplacées, et auraient sévèrement fait comprendre à ces malotrus le fond de leur pensée, à grands coups de pompes dans les burnes et de vociférations véhémentes.

Et je les aurais parfaitement approuvées dans leur démarche.

 

Oui, un conseil, ne venez pas les briser au trio KILL HER FIRST. L’homophobie, le machisme, le racisme, c’est pas leur truc. Elles ne demandent aucun privilège par ailleurs, juste celui de jouer leur musique et de propager leur message égalitaire partout où elles le peuvent, et gageons qu’avec ce single/EP, elles vont s’ouvrir encore plus de portes qu’elles ne l’ont déjà fait. Ce trio (complété par des musiciens de sessions et live), né en 2007 du côté de Berlin, et récemment signé par le très actif label Toulousain Krod Records nous propose donc un simple qui une fois complété de deux bonus devient un EP à la durée raisonnable, mais surtout au contenu direct, sans fioriture, mais sacrément bien foutu. D’ordinaire, le Screamo m’ennuie profondément, vous êtes déjà au courant. Mais l’énergie développée par KILL HER FIRST est telle qu’on ne peut pas foncièrement les affilier au style, sans pour autant les en détacher. On penserait plutôt à un Hardcore métallisé, qui emprunte régulièrement les tics du Screamo et Metalcore, qui se repose sur des riffs simples mais accrocheurs, et qui peut surtout mettre en avant un duo vocal particulièrement efficace. 

 

La plupart du temps, les vocalistes du cru se contentent de hurler, avec quelques pauses histoire de séduire les demoiselles en se faisant passer pour de gros durs au cœur tendre, mais vous comprendrez que Gerox et Giulia n’ont pas de genre d’obsession. Séduire n’est pas leur but, ou alors uniquement celui d’un public potentiel, et la superposition de leurs deux styles vocaux marche à merveille. Niveau musique, ça tourne rond sans chercher la complication. Les deux morceaux « officiels » de Born To Be Strong sont donc les imparables « Music & Peace », et son gros riff plaqué sur un mid tempo bien appuyé, et « The One (Who’s Always Right) » qui dépote plus sévère avec un up tempo qui hésite à se poser, aidé en cela par des guitares volubiles et un duo vocal énervé. 

Les références sont connues et exposées sur la page même du groupe, Rise Against, Funeral For A Friend, Billy Talent, Thursday, From Autumn To Ashes, et il est tout à fait conseillé de les prendre au sérieux. Si les trois filles ne révolutionnent rien dans le petit monde très fermé du Metalcore à tendance Screamo, elles y injectent leur pugnacité et leur sens de la mélodie pas si facile que ça. En deux morceaux, elles prouvent qu’elles ont tout à fait leur place en tête de liste, même si j’avoue une franche préférence pour « The One (Who’s Always Right) », hymne tonitruant à l’ouverture d’esprit et à la tolérance, qui diffuse son leitmotiv le long d’un refrain vraiment fédérateur, avec growls terrifiants et lick de guitare entêtant. 

« Tightrope » mérite aussi son pesant de poings tendus, avec une fois de plus un chant qui ne s’économise pas, et ses roulements de caisse claire bien marqués. « Nemesis », avec sa production démo est lui aussi séduisant, quoiqu’un poil plus retenu et se contenant de recycler les idées précédentes, mais notons tout de même une jolie ligne de basse qui apporte une bonne contribution. Sans oublier bien sur un tempo qui n’hésite pas à accélérer et qui propulse le trio vers un Hardcore plus ténu. 

Tout ça n’est pas fondamentalement inoubliable, mais Born To Be Strong prouve en tout cas deux choses : 

-          Que les KILL HER FIRST n’ont besoin de personne pour se débrouiller en matière de Metalcore

-          Qu’en live, le groupe doit dégager une énergie redoutable.

 

Et ça, c’est déjà pas mal.