13178687_965901953528009_2820038662169280823_n

Redfield Records - Metalcore/Deathcore - Pays-Bas - 17 Juin 2016 - 10 titres – 37 minutes

Les apparences sont parfois trompeuses. En quête d’éléments pour étayer ma chronique, je décide donc de feuilleter les pages virtuelles du site du groupe, et je tombe de suite sur leurs photos promo. Coup d’œil rapide, photos passe-partout, et surtout, description graphique d’une chanteuse qui ressemble à s’y méprendre à une demoiselle lambda, de celles qu’on croise dans la rue en se disant que leur vie ne doit pas être plus passionnante que la nôtre. Et puis, après avoir regardé de près Alma Alizadeh, on l’écoute. Et là, on se prend une claque monumentale. Elle ne chante pas, elle hurle de toute sa gorge et ses tripes, et s’investit totalement dans son rôle de frontwoman de l’enfer.

Alors oui, les apparences sont trompeuses. Mais comme je me fous complètement des apparences, le détail mérite à peine d’être souligné. 

Les FOR I AM KING nous en viennent donc des Pays-Bas, d’Amsterdam plus précisément, mais gageons que s’ils traînent de temps à autres près du port, ça n’est pas pour regarder les marins pisser, mais bien pour chanter avec eux. Ce quintette déjà responsable d’un EP en 2014 intitulé Revengeance répand maintenant son message via un LP d’une durée un peu plus honorable qui risque bien d’asseoir définitivement leur réputation grandissante.

Leur leitmotiv est simple : 

Du Metal, juste du Metal.

 

Et si tout ça vous semble simpliste, laissez-vous emporter par le tourbillon sonore qui se cache sous ce premier album qui décidément ne fait ni dans la dentelle ni dans le cristal,  mais bien dans la puissance faite musique.

Beaucoup semblaient attendre le quintette batave au tournant, surtout après la hype dont ils ont semblé bénéficier après avoir foulé les plus grandes scènes Européennes. On les pensait surestimés, hors contexte, préfabriqués, mais avec Daemons, ils remettent les pendules à l’heure de la justice. Oui, ils sont un véritable groupe qui a d’excellentes chansons à proposer, en plus d’une présence scénique tout à fait confirmée. Alors, détracteurs, fermez-là et prenez-vous ces dix morceaux dans la gueule que vous auriez dû fermer il y a longtemps.

 

Musicalement, les plus réfractaires vous diront, « encore un groupe de Metalcore qui beugle et riffe dans le vide ». Ce postulat serait pourtant la pire insulte qu’on pourrait formuler à l’encontre d’une musique beaucoup plus riche qu’il n’y paraît…Certes, les racines de Daemons se trouvent dans le style, mais l’agressivité du combo en question me pousse aussi à le rattacher à la vague Néo Death scandinave des années 90, ainsi qu’au wagon ARCH ENEMY, et pas seulement à cause des similitudes entre les voix d’Alma et d’Angela. Certes, les deux chanteuses partagent quelques vues sur la façon de maltraiter leurs cordes vocales, mais les intonations d’Alma sont si vénéneuses que je ne peux honnêtement pas la réduire au simple rôle de clone indirect. 

Musicalement, les dix morceaux de ce premier LP sont des modèles de violence qui ont toutefois su accrocher avec beaucoup d’intelligence des mélodies séduisantes sur des trames brutales. Loin des systématismes horripilants du Metalcore moderne, les FOR I AM KING ont eu la clairvoyance d’aérer leur déferlement de brutalité par des interventions harmoniques très bien placées.

Au final, un ballet étourdissant qui bouscule autant qu’il ne charme. 

Certes, rien de vraiment neuf. La méthode est éprouvée par les années, mais les Hollandais l’appliquent avec une conviction qui force le respect. Ils ont opté pour des formats concentrés, ce qui permet de ne retenir que les meilleures idées, et ils en proposent un nombre conséquent. Ecoutez par exemple « Tantalus », qui oscille entre l’exubérance d’un AT THE GATES et le radicalisme sournois des SOILWORK. Le quintette Hollandais a suivi ses modèles tout en agrémentant leur approche d’une grosse touche de Death mélodique concassant, qui une fois de plus rappelle les meilleurs moments d’ARCH ENEMY, avec ses soli purement Heavy Metal qui confèrent une touche harmonique délicieuse à l’ensemble. C’est carré, pro, mais a su garder cette petite touche de folie que l’on retrouve chez les ensembles les plus inspirés. 

Le meilleur exemple d’équilibre entre Metalcore et Death mélodique est sans doute donné par le tube de l’impossible « Hades », qui démarre sur les chapeaux de roue avant d’imposer un climat lourd et oppressant, qui pourtant ne se départit jamais de sa patine mélodique prononcée. Une décélération soudaine, et la machine repart de plus belle après un cri collégial particulièrement efficace. Loin de se contenter d’un plan usé jusqu’à la trame, les FOR I AM KING parviennent toujours à rester vifs et alertes pour relancer le dynamisme sans forcer.

Avec des combinaisons de chœurs percutantes, et une chanteuse de la trempe d’Alma, qui suit avec beaucoup d’intelligence les structures instrumentales de ses collègues, Daemons se montre sinon audacieux, tout du moins efficace et vraiment percutant.

 

Ils nous gratifient même d’un hymne haineux qui vous maltraite les oreilles sans pitié (« Des-troy », avec ça au moins, tout est clair), d’un mid tempo hargneux et salement vindicatif (« Breathe The Fire », il est certain qu’Alma crache des braises incandescentes pour hurler avec autant de conviction), d’un titre aux ambitions progressives évidentes (« Faust », pour trouver des idées pareilles, on se demande s’ils n’ont pas signé un pacte avec le diable en effet), et d’un final qui laisse sur une note en coup du lapin (« We Must Obey », il ne me viendrait pas à l’idée de les contredire). 

En détail, outre les capacités d’Alma largement évoquées, parlons d’une paire de guitaristes fins et pertinents, et chose rare, d’un basiste qui refuse de jouer les entremetteurs entre la mélodie et la frappe, et qui explore son manche avec beaucoup de fluidité et de flair. 

Beaucoup d’entre vous auront une nette impression de déjà entendu, mais pourtant, je ne peux m’empêcher de voir en Daemons un album un peu différent. Un album qui justifie amplement les espoirs placés en FOR I AM KING, et qui va sans nul doute leur permettre de jouer encore plus de concerts dans des conditions optimales. 

Mais comme ils le disent eux-mêmes. Tout ça est du Metal, juste du Metal.