00000

Distemper Records - Crossover - Russie - 19 Juillet 2016 - 13 titres – 28 minutes

« Zeddicus Zul'Zorander est un personnage fictif dans le cycle L'Épée de vérité écrit par Terry Goodkind. Il est souvent appelé par ses amis Zedd. « Premier sorcier » de son ordre, il a désigné Richard Rahl comme "sourcier de vérité" en lui donnant "l'épée de vérité". Il possède le don de la magie "additive" » 

Voilà, comme ça vous êtes fixés. Moi l’Heroïc Fantasy m’a toujours fait chier. Je déteste Tolkien, encore plus World of Warcraft, et tout ce qui va avec. Par contre, j’adore le Thrash, les blagues pourries, les branleurs, et par extension (pas tant que ça en fait), le Crossover. Vous savez, ce style qui ne tient pas en place, qui fait l’hélicoptère d’un côté avant de pogoter trois secondes après. En gros, un truc qui a pris la vitesse et la brutalité du Thrash pour l’exploser à la face d’un hardcore fast et médusé.

Seulement, les bons groupes dans ce créneau deviennent rares, alors que dans les années 80, on risquait de tomber dessus à n’importe quelle étape du chemin. 

Ach, so…

 

Donc, partons à la chasse, non aux Pokemon mais aux Russes qui déconnent, et direction Moscou pour y faire la connaissance d’un trio barré qui nous mitonne un bon Crossover qui ne sent pas du tout le réchauffé. 

Melvin (basse/chant), xFess (guitare/chant) et Dizzy (batterie), se sont formés en janvier 2012, sans doute après une gueule de bois post nouvel an assez sévère, et ont commencé leur carrière comme gentils clones de nos héros D.R.I. Seulement, comme ils l’affirment, ils ont « progressé », et ont commencé à intégrer à leur boucan des superhéros différents, comme les SPAZZ, CHARLES BRONSON, mais aussi quelques démons BM du calibre de GORGOROTH, ou l’IMMORTAL des débuts.

Tout ça pour quoi en fait, je ne sais plus ?

 

« Pour prouver que les fans de Hardcore sont des sorciers ».

 

C’est une raison comme une autre. Ce qui ne les a toutefois pas empêchés de trouver un label (Distemper Records, les inconscients…), et de rentrer en studio pour y graver les treize pistes de ce premier LP. Pochette géniale, son sec mais bien profond, et surtout, musique qui tourne salement rond, c’est donc par là qu’il faut s’enfiler le saucisson et vite comprendre que nos hystériques moscovites ont tout bon. Du Crossover donc, avec des influences allant de BONES BRIGADE à SUICIDAL, sans oublier les fameux D.R.I, mais joué à la contemporaine sans se lamenter sur le « bon vieux temps ». Les mecs ont beau se la jouer « on est des abrutis qui jouent vite », ils se débrouillent terriblement bien dans leur créneau et sont tout sauf des amateurs idiots. Leur album déborde d’une énergie juvénile qui fait clairement plaisir à entendre, et les treize morceaux de ce premier LP sont tous aussi de premier…choix, et n’ont rien d’abats coupés grossièrement pour l’éventuel chaland.

Alors allez-y, lancez la rondelle des zigotos, et ne vous laissez surtout pas abuser par les tonalités Black de l’intro, ici le Metal noir n’a que peu le droit de cité, il faut juste continuer et insister pour tomber sur les riffs un poil plus dressés. 

Les titres sont tous courts, entre une minute et quelques et deux minutes et des poussières, mais proposent tous de bonnes idées, et surtout, un gros Thrash teinté de Hardcore joué bien fort et avec des voix de stentor. Les guitares mordent l’asphalte, virevoltent mais négocient les virages avec maestria, et la dualité vocale des deux camarades chanteurs fonctionne comme une vodka qu’on te sert pile à l’heure, quand le soleil de l’est fait bondir ton petit cœur.

On ne se refuse pas quelques accélérations foudroyantes qui rapprochent nos amis du Thrashcore, tout en planquant de ci de là quelques références Black bien troussées qui décalent un peu le projet. La basse est bien ronde (« You Don’t Care about The Lyrics », gros mid à la SUICIDAL qui ne perd jamais le tempo), et d’ailleurs, dans le créneau du bien bombé qui pulse, les ZEDDICUS ZU’L ZORANDER ont plus d’une astuce (“I’m Sorry”, mais oui on y croit vraiment, surtout quand ça t’en glisse une dans les dents). 

Alors on s’amuse et on fait décoller la chevelure aux doux sons d’hymnes instantanés (« Leviathan », le plus pur Thrashcore du lot, qui monte haut, mais redescend costaud comme un Helter Skelter bricolé par un dingo), on n’oublie pas d’insérer deux ou trois blagues un peu plus Core que la moyenne (« I Want You Dead »  et sa batterie mitraillette, « Put Your Booze In Time », à la rythmique indécente de polyvalence), et on termine même sur une légère note d’optimisme (« This Won’t End Well », et sa mélodie joyeuse ruinée à grands coups de chœurs de vestiaires, qui dégénère sévère en Hardcore rebond à la AGNOSTIC FRONT). 

« Cette merde sonne comme si les mecs de MINOR THREAT essayaient de jouer du Black Metal » 

 

Oui, ils ont beau faire les malins, il ne faudrait pas non plus nous prendre pour des billes. Non les gars, vous n’êtes pas de vilains usurpateurs qui jouent du Thrashcore comme j’épilerais ma sœur, mais bien de véritables flingués du genre, qui le respecte tout en s’en amusant grave. Votre premier LP est une grosse fiesta Thrash/Crossover/Thrashcore qu’on dévore, et qui mérite amplement la Герой Труда Российской Федерации (Décoration des Héros du Travail de la Fédération de Russie), pour m’avoir offert une petite demi-heure de plaisir auditif. Dommage que vous habitiez si loin, j’irais bien vous voir en concert. Mais qui sait, après tout, on ne se connaît pas, et j’ai pas envie d’être pris pour un Pokemon sorti de la Volga. 

Alors je vais rester chez moi et continuer d’écouter votre The Wizard en boucle. Et la boucler par la même occasion. 

 

Zeddicus Zu`l Zorander

Без долгих разговоров представляем тебе, юный и не очень панк-рокер, наш залежавшийся в закромах альбом! Огромное спасибо студии звукозаписи Distemperrecords и Денису в частности! Также выражаем респект Stargrave за оформление! Ну и всем тем, кто нас слушает и поддерживает на шоу, передаём смачный пинок под зад в виде 13 треков!

https://m.vk.com