a2562095538_10

Noise Co. 2-13 - Noisy Chaos Core - USA - 23 Janvier 2016 - 13 titres – 20 minutes

Joe Getse (chant), Dan Kutsche (Guitare, Monotron), M@ Michuda (Basse,  Monotron) et Jim Powell (Batterie). Le tout signé et distribué en tape par Noise Co. 2-13, label du Milwaukee, Wisconsin. Voilà à peu près tout ce que je peux vous dire sur cette sortie débusquée sur mon VK préféré. C’est peu je le sais, mais vous n’aurez rien d’autre.

Ah si, de la musique. Ou plutôt, pas mal de Noise.

Il fut un temps ou les groupes de Grind, de Powerviolence, de Fastcore, ou même de Noisy Core étaient plutôt francs. Mais ce temps est révolu et les frontières de styles se brouillent. Une bonne chose pour les plus exigeants, un enfer pour les plus complaisants. Et l’exemple d’INFLICTION RATE ne va pas franchement arranger leur bidon ni soulager leur mal de crane…

 

Au jugé, le quatuor semble affectionner un mode d’expression incroyablement fouillis et légèrement bruyant sur les bords. Si la structure de base semble solidement ancrée dans des principes de Powerviolence, ses excroissances partent un peu dans toutes les directions pour goûter parfois à la floraison Harsh Noise, au bourgeonnement Fastcore, voire à l’éclosion Grind Noise. Punkthrone est donc par définition une espèce nouvelle, sauvage, poussant à son rythme qui je l’avoue est la plupart du temps assez difficile à suivre. Comme je ne dispose d’aucune info à leur sujet, je ne peux qu’extrapoler sur leurs intentions et occulter complètement leur passé. Je ne sais donc pas s’ils ont enregistré avant et s’ils le feront après, mais juste me focaliser sur cet EP/ LP de vingt minutes qui ne fait aucun compromis pour parvenir à ses fins. 

Une fois de plus, les connaisseurs évoqueront les noms très justifiés de GNAW THEIR TONGUES ou FULL OF HELL à un degré moindre.

Certains oseront même placer les références MAN IS THE BASTARD et COLUMN OFF HEAVEN, et il faut bien reconnaître qu’avec ces quelques repères, l’affaire est vite entendue. Il vous suffit pour globalement comprendre la démarche des INFLICTION RATE de vous placer en convergence des influences/comparaisons précédentes pour atteindre un équilibre d’interprétation, et apprécier le barouf produit par ces quatre individus qui n’ont retenu de l’extrême que ses penchants les plus bruitistes et douteux.

Tout ça n’explique pas vraiment le comment du pourquoi, mais permet d’appréhender la chose avec un peu plus de sérénité.

 

Concrètement, Punkthrone brasse une multitude de sons. Ouvertement Crust/Grind dans l’esprit avec une forte déviance Harsh Noisy, cet EP de vingt minutes n’est destiné qu’à éprouver votre patience, et agit en sorte de catharsis aux stimuli ambiants. Une saine colère complètement barge qui refuse les constructions dites « classiques » pour finalement proposer un genre de Free Noise qui sait pourtant lâcher quelques parties mémorisables, sinon accrocheuses. 

Pas mal de sons qui tournoient et se répètent, quelques parties rythmiques entrainantes, des idées d’arrangements bordéliques, mais un bel allant Core qui gravite en orbite d’un chant vraiment véhément. Joe Getse donne vraiment tout ce qu’il a dans les tripes, et semble retranscrire en cris toutes ses névroses, tandis que la paire M@ Michuda/ Jim Powell part souvent en roue libre. Quelques riffs un peu Métal sur les bords (« Fuck ‘Til You Die », joli programme), des blagues purement Grind et quasiment insoutenables (« 40% Off Your Fucking Soul », à la limite du Grind Mathcore), de longues tentatives plongeant dans les affres du Noise le plus absolu (« Pure Nihilist Noise Bullshit (Monotron Voltron Pt. 1) », à côté, THROBBING GRISTLE passe pour un Folk Band suédois assez sympa et harmonieux), et puis une poignée de déclarations d’intentions qui poussent le concept de DISCHARGE et INFEST à fond (« Life Is Shit », basse distordue en avant et borborygmes énervants). 

En gros, un long travail de fond pour déconstruire des genres qui ne sont pas d’ordinaire très disciplinés, et un résultat qui pourra bluffer les plus endurcis et dégoûter les plus affaiblis. Et comme le quartette n’est pas à une provocation près, il termine son effort par « Everything And Nothing all at Once », qui colle à la philosophie de son titre pour nous noyer dans un magma de bruits intenses et de figures de style difformes. Histoire de fermer la porte en faisant passer le clown de MERZBOW pour un gentil DJ d’Ibiza. 

On connaissait déjà l’inclinaison de GNAW THEIR TONGUE à refuser toute forme de logique dans la non-musicalité, mais les INFLICTION RATE sont en passe de lui ravir son titre de groupe/performer le moins supportable de la planète, en accentuant ses travers de tics épileptiques à la FULL OF HELL.

De l’extrême donc, versant hyper excessif, mais prolifique et proposant de nouvelles pistes. De quoi repousser ses limites, les vôtres, les nôtres, pour concevoir le bruit pur sous un nouveau jour, encore plus bizarre que les neiges d’antan.