a4202037695_10

Grind/Powerviolence - USA - 20 Avril 2016 - 9 titres – 9 minutes

Sur Facebook, on trouve depuis quelques années des pages qui se dévouent pour représenter dignement l’underground. Ainsi, au hasard de vos recherches sur le réseau de Marc Z., vous risquerez de tomber sur la page de Noise Core Channel, qui fait la promotion d’artistes peu exposés, ce qui est en soi une très bonne chose. Cette même page renvoie vers un lien Bandcamp et Youtube, proposant la deuxième démo d’un gang Californien nous venant tout droit de San José, FAILER.

 

Avec un nom pareil, nous étions en droit de nous attendre à tout. D’autant plus que le Bandcamp en question est plutôt avare d’infos, une fois de plus. Quelques tags, évidemment pour une recherche indexée, avec au choix, du Punk, du Grind et du Powerviolence. Ce qui est plutôt bien vu aussi puisque ce sont exactement les composantes de cette Démo 2016. Rien de plus ni de moins. D’une symétrie parfaite (neuf morceaux pour neuf minutes), cette seconde tentative des FAILER fait mouche, pour plusieurs raisons.

 

Certes, le créneau occupé est connu. Mais la façon qu’ils ont de l’aborder l’est beaucoup moins. On parle de Grind parce qu’il faut toujours qu’il revienne dans la conversation, et à cause de quelques morceaux qui en sont emprunts, mais il est relativement difficile de placer les FAILER dans un créneau bien précis.

Tout ce que je peux dire, après quelques écoutes, c’est que j’ai rarement entendu un son pareil.

 

Pour une démo, il est énorme. Les guitares grondent comme des fréquences utilisées à dessein pour raser une ville entière, la batterie est sèche mais avec ce qu’il faut d’écho pour lui conférer la profondeur qu’elle mérite, et le chant, comme à l’habitude, est mixé bien en arrière. Mais ce qui frappe, et en pleine tronche s’il vous plaît, c’est cette basse gigantesque, qui fait passer Dan Lilker pour un jazzman incapable de se séparer de sa fretless qu’il bichonne avec amour. Si, c’est possible, vous n’avez qu’à écouter. Et lorsque celle-ci est couplée aux guitares si graves que l’ensemble finit par ne faire qu’un tout indissociable, c’est la tuerie intégrale.

D’autant plus que le groupe ne s’est pas contenté d’une agression lambda minimale.

 

C’est parfois si lourd qu’on pourrait presque divaguer en parlant de Sludge Indus, mais ça déraille à intervalles réguliers, alors la comparaison se trouve tuée dans l’œuf. Mais un titre comme « Scorched Earth Policies » est vraiment très cruel dans le fond et la forme, et permet aux FAILER de se détacher de la masse grouillante des ensembles Powerviolence qui ne voient pas plus loin que le bout de leur poing américain. 

On sent bien sur les immanquables influences, de BRUTAL TRUTH à NAILS en passant par la vague nordique du Core bien velu, mais le tout est traité d’une manière si biaisée et faux-cul qu’on se dit finalement que les Californiens sont bien seuls sur leur piédestal. Lorsque les guitares et la rythmique s’unissent en une charge frontale, ça frappe au centre et décolle les plèvres (« Win-Lose », pas entendu une telle gravité depuis…le premier SWANS je pense), ça joue le Crust sombre et pas enthousiaste pour un sou (« Cuss »), mais ça peut aussi à la rigueur écraser les tympans d’une pression Induscore incroyablement pesante et éprouvante (« ………. », mon Dieu quelle intro…qui finalement n’en est pas une et révèle un instrumental vraiment méchant), et ça n’a pas oublié les dissonances si chères aux cauchemars les plus persistants de FETISH/UNSANE, que les Californiens strient de réveils en sursauts Grind (« Ride With Satan », et il va vite le salaud). 

Et si on se termine sur le gros coup de massue de « Muzzled And Shamed », le crâne se fissure et la blessure devient ouverte.

Voilà, vous avez le compte, maintenant, laissez cette démo vous le régler définitivement. 

De toute façon vous n’avez rien de mieux à faire. Je suis même pratiquement sûr que vous prenez l’apéro en traînant sur Facebook. Vous croyez le réseau sûr ?

Méfiez-vous, parfois, vous faites des rencontres inattendues. 

Et elles vous mènent vers des gens qui ne vous veulent pas que du bien.