a1089541147_10

 Autoproduction / Cruel Noise Records - Crust Noise - USA - 10 Mai 2016 - 6 titres – 9 minutes

Décidemment les groupes qui sonnent sales deviennent monnaie courante dans l’underground. Le problème c’est qu’ils sonnent de plus en plus propre. Enfin, toutes proportions gardées évidemment…

Un exemple ?

J’en ai plein mes dossiers, mais celui que je m’apprête à traiter vient de Philadelphie. Oui, les USA sont d’infatigables pourvoyeurs de bruits en tous genres, et les N.E.G. ne font pas exception à cette règle urbaine.

 

Visiblement, cette démo/EP est le premier fruit des réflexions de ces jeunes bruitistes qui grimpent la montagne Hardcore par son versant le plus abrupt. Pas grand-chose à vous dire sur eux, leur Bandcamp n’étant pas très bavard. On sait que la Pennsylvanie est un état très fertile en termes de bruit Core peu discipliné, et ces agressifs-là n’entacheront en rien la réputation locale. Difficile toutefois de leur accorder un créneau particulier. Mis à part que chez eux, tout sonne fort, abrasif et relativement velu, pas grand-chose à dire non plus qui pourrait les raccrocher à un wagon en particulier.

Ils semblent apprécier la vitesse modérée et lourde, ce qui les rapproche d’un Crust terriblement poisseux et vénéneux, avec une grosse touche de Punk Hardcore Anglais des eighties, CRASS et DISCHARGE en tête de liste d’opposition ou pas.

 

Mais de temps à autres, la belle mécanique se voit un peu mieux huilée et accélère la cadence, alors qu’au contraire, de fréquentes pauses viennent ralentir la production. Subtilement Anarcho-core, délicieusement Crust à tendance Noisy, les N.E.G. ne se facilitent pas les choses et ne sont pas là pour séduire, mais bien faire un maximum de boucan sans pour autant être trop redondants. Cela dit, six morceaux en moins de dix minutes ne vous laissent pas trop le temps de réfléchir, mais juste de prendre en pleine face la confrontation, qui tourne court faute de temps.

Des analogies plus ou moins tangibles sont éventuellement pertinentes, en citant les CHURCH WHIP par exemple, mais il est vrai qu’on peut toujours trouver des comparaisons à établir dans ce genre de cas. 

Le principal à savoir, est que la production est tout à fait adaptée au vecteur isolé, et que les musiciens, aussi violents soient-ils, ne sont pas non plus gauches au point de trop faire cuire leur mixture. Ça reste violemment méchant de bout en bout, joue sur l’opposition entre mid et up tempo, et lâche de sales riffs bien sombres qui s’accordent très bien d’un son énorme et de vocaux un peu étranges et menaçants.

Après, it’s up to you, fais ton marché fan de Core. Si tu as des tendances Crust bien prononcées, l’intro « N.E.G. » saura te combler au-delà de tes espérances, avec sa fulgurante accélération finale. 

Si tu es plus mid et Core, un peu lourdaud sur les bords, jette toi sur le médium et aplatissant «Knife », aussi large qu’une porte de coffre blindé, et à la basse si abimée qu’on pourrait la prendre pour un foret qui a trop chauffé. Et si d’occasion, la foire ultime fais de toi le larron, le boucan proposé sur le terrifiant « Shit », lui fait bien mériter son nom. Intro bruitiste majeure, ralentissement dantesque pour final appuyé qui fait mal aux cervicales.

 

Je ne vais pas non plus vous analyser tous les morceaux, ça, c’est votre boulot de fan potentiel. Bon, Ok, avec l’ironique «Unplug » en guise de final, les originaires de Philadelphie nous laissent sur une note bien méchante qui permet de les garder en mémoire longtemps après l’écoute. Les bougres y proposent même un solo d’enfer hyper saturé qui provoque la joie et l’enthousiasme, tout en parvenant à ridiculiser les DOOM sur leur propre terrain boueux. 

En gros, une démo US qui sonne plus Anglais qu’un tea time claironné à l’assemblée, et un point de départ vraiment intéressant pour ce jeune groupe dont on espère entendre parler plus longuement la prochaine fois. Mais un bon EP de dix minutes de bon matin, ça donne un joli coup de fouet. Et puis en plus, la pochette est sympa avec son graphisme maladroit, mais clair.

Tiens la musique fait plus ou moins le même effet d’ailleurs. Drôle ça.